SFR Presse
Le Figaro
15 septembre 2019

Les joies de « La Souricière »

Philibert Humm

2 min

Il est de première nécessité d’aimer le tartan, la porcelaine, le whiskey de trente ans d’âge et les pulls qui grattent pour apprécier La Souricière, au Théâtre de la Pépinière. Cette pièce, l’une des deux seules jamais écrites par Agatha Christie, est inspirée d’un fait divers : la mort d’un jeune garçon, Dennis O’Neill, décédé alors qu’il séjournait dans une famille d’accueil de fermiers du Shr

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :