SFR Presse
Libération
29 janvier 2019

Traversée de la Manche : les canots de la dernière chance

Des exilés iraniens, de plus en plus nombreux à Calais, tentent de gagner l’Angleterre à bord de bateaux pneumatiques. Moins chère pour les migrants, cette méthode de passage est aussi bien plus dangereuse.

6 min

Ils ont trouvé la faille, à Calais : la mer. Depuis fin octobre, les exilés, Iraniens dans leur très grande majorité, tentent le passage du détroit entre la France et l’Angleterre à bord de bateaux pneumatiques. Et dans la moitié des cas, ils y arrivent. La préfecture maritime tient soigneusement les comptes. En 2018, 78 opérations (dont 60 entre fin octobre et fin décembre), contre 12 en 2017 et 

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :