SFR Presse
Sud Ouest
15 avril 2019

Il a rendu son nom au résistant fusillé

Élisa Artigue-Cazcarra,e.cazcarra@sudouest.fr

3 min

Élisa Artigue-Cazcarra,e.cazcarra@sudouest.fr
Élisa Artigue-Cazcarra,e.cazcarra@sudouest.fr

IDRON (64) Le 15 juin 1944, cinq résistants sont abattus dans un bois. L’un d’eux restera un inconnu des décennies. Grâce au travail d’un policier palois, Georges Coran vient d’être identifié Carré E, rang 5, tombe n°6. Dans quelques semaines, sans doute le 18 juin, ce matricule désignant la dernière demeure d’un martyr de la Seconde Guerre mondiale, à la nécropole de la Doua, à Villeurbanne, non

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :