SFR Presse
L'Union
4 juillet 2018

“SYNDROME MAGNANVILLE”

1 min

Pour les sénateurs, le « malaise général » des forces de sécurité intérieure est le fruit de plusieurs facteurs, avec en premier lieu, une exposition croissante à la violence dont le paroxysme est l’assassinat revendiqué par l’organisation jihadiste État islamique de deux fonctionnaires de la police nationale le 13 juin 2016 à leur domicile. À ce titre, le rapport évoque un « syndrome Magnanville

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :