SFR Presse
Libération
17 septembre 2019

«Lucky Day», les joies de la baston

Pour son grand retour dix-sept ans après «les Lois de l’attraction», Roger Avary concocte un savant mélange entre la série Z et les illusions du réalisme autobiographique.

3 min

Personne n’a l’air d’aimer Lucky Day, mais il a tort ! On verra plus loin qu’il risque même de se prendre une balle dans la tête. Certes le film, qui veut tellement être aimé, prête le flanc à ce genre de réaction, selon les lois connues de l’attraction. Et on comparera toujours sur ce point Roger Avary, un jour scénariste de Pulp Fiction, aux succès de son complice d’une autre vie. Mais on ne peu

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :