SFR Presse
Libération Actu
29 janvier 2019

Un «voyage» flou d’amour

Après «Kaili Blues», Bi Gan signe un second film d’esthète, dans les pas d’un héros obsédé par le fantôme d’une femme jadis aimée. Une dérive déchirante et déchirée, entre couloirs de la mémoire et rues de sa ville natale, conclue par une folle prouesse en 3D.

Marius Chapuis

4 min

Marius Chapuis
Marius Chapuis

Le temps de cette heure, qui s’affranchit du montage (la deuxième partie consiste en un seul et virtuose plan-séquence de cinquante-neuf minutes) mais se dote d’une dimension de plus, le spectateur et ...

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :