SFR Presse
Le Figaro
7 octobre 2018

Montserrat Caballé, viva la Superba

Jacques Doucelin

3 min

Jacques Doucelin
Jacques Doucelin

DERNIER des monstres sacrés du bel canto, Montserrat Caballé possédait tous les attributs de la diva : intelligence, fabuleuse technique d’émission et cette aura, apanage des grands fauves qui ont su dompter le public. La gloire internationale datait d’un soir de 1965, où elle remplaça au Met de New York Marilyn Horne dans Lucrèce Borgia de Donizetti, son compositeur fétiche. Le succès était venu

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :