SFR Presse
Libération
11 septembre 2019

Cécile Guilbert, festival de cames

«Ecrits stupéfiants» dresse un inventaire inédit qui, de l’Antiquité à nos jours, recense les textes d’auteurs, fameux ou de moindre renommée, ayant pris divers psychotropes pour exercer leur art, ou simplement pour sujets.

5 min

Faut-il en avoir pris pour avoir envie d’en parler ? Est-il préférable d’avoir plané dans les paradis artificiels, dixit Baudelaire, pour, comme l’amoureuse éconduite avec la littérature de la passion, vouloir lire ceux qui les ont arpentés, décrits, maudits ? C’est à cela que l’on songe à la lecture de l’étonnante introduction d’Ecrits stupéfiants. Cécile Guilbert, auteure d’essais sur Saint-Simo

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :