SFR Presse
Le Télégramme
24 juin 2019

POÉSIE Le soir au bord de la mer

1 min

Les bois épais, les sirtes mornes, nues, Mêlent leurs bords dans les ombres chenues. En scintillant dans le zénith d’azur, On voit percer l’étoile solitaire : À l’occident, séparé de la terre, L’écueil blanchit sous un horizon pur, Tandis qu’au nord, sur les mers cristallines, Flotte la nue en vapeurs purpurines. D’un carmin vif les monts sont dessinés ; Du vent du soir se meurt la voix plaintive

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :