SFR Presse
La Provence
5 avril 2019

La contestation, malgré la démission

1 min

Les bureaux des deux Chambres du Parlement algérien se sont réunis hier afin de préparer la séance extraordinaire prévue par la Constitution dans le cadre du processus d’intérim, après la démission du président Abdelaziz Bouteflika, consécutive à un mois et demi de contestation populaire. Le Conseil Constitutionnel a "constaté la vacance définitive" de la présidence mercredi, au lendemain de la re

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :