SFR Presse
Vanity Fair
20 septembre 2019

L’événement de la rentrée littéraire aux États-Unis est un premier roman. Mais il est signé Ta-Nehesi Coates, le journaliste porte-voix de la communauté afro-américaine.

Texte Philippe Azoury Photographie Annie Leibovitz

2 min

Texte Philippe Azoury Photographie Annie Leibovitz
Texte Philippe Azoury Photographie Annie Leibovitz

Il n’y a peut-être pas aujourd’hui, aux États-Unis, de voix aussi attendue, aussi écoutée, aussi scrutée que la sienne. Sa prose est tout simplement considérée comme vitale. Pour les Afro-Américains, comme pour tous ceux qui veulent redonner du sens au mot démocratie. Aussi, la pression qui pèse sur les épaules de Ta-Nehisi Coates depuis l’élection de Donald Trump est telle que lorsqu’il a annoncé

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :