SFR Presse

Ce n’était pas soir de fête pour le Fénix

Jérôme Diesnis

2 min

Il fallait bien ça. Il fallait bien ces cinq minutes de folie pour rallumer la flamme et l’espoir dans les yeux toulousains. Quand Yassine Idrissi s’est mis à arrêter tout ce qui lui passait à portée de main, tout à coup le scénario, qui avait pris forme depuis plusieurs minutes, ne semblait plus tout à fait gravé dans le marbre. Ce vent de folie a soufflé suffisamment fort pour permettre au Féni

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :