SFR Presse
Le Figaro
9 octobre 2019

« Les Français ne connaissent ceux qui les défendent que lorsqu’ils meurent »

Le choix de ne pas rendre publique l’identité de l’agent qui a tué le terroriste à la préfecture de police de Paris est éminemment compréhensible mais entraîne des effets pervers, difficiles à éviter, explique l’historienne au Sirice (Sorbonne Universités) et à l’IESD (Lyon-III) *.

Guillaume Perrault Bénédicte Chéron

3 min

Guillaume Perrault Bénédicte Chéron
Guillaume Perrault Bénédicte Chéron

LE FIGARO. - Emmanuel Macron a jugé que « l’administration seule et tous les services de l’État ne sauraient venir à bout de l’hydre islamiste ». Une « société de vigilance » n’est-elle pas en effet nécessaire ? Bénédicte CHÉRON. - L’appel à la vigilance de l’ensemble de la communauté nationale dans la lutte antiterroriste est très présent dans l’espace public depuis les années 1990. La parole du

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :