SFR Presse
L'Indépendant
8 décembre 2018

Alain Fourny : « Si je ne suis pas encore mort aujourd’hui, c’est grâce à lui »

Pierre Mathis

2 min

Pierre Mathis
Pierre Mathis

Dévasté. Alain Fourny était, au début des années 90, le compère de Barend Britz au sein de la deuxième ligne de l’USAP. Hier matin, Fourny, «le dur de dur», était en larmes après avoir passé une partie de la nuit avec la famille de son ancien coéquipier. « J’ai tout perdu », a d’abord soufflé, entre deux sanglots, le colosse. « Cette nuit, quand j’ai appris la nouvelle, je suis monté à Perpignan.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :