SFR Presse
Libération
4 octobre 2019

Ciné Les belles errances de Kira Mouratova

Longtemps censurées en URSS, les œuvres de la cinéaste ukrainienne portées par une esthétique unique font l’objet d’une rétrospective et de ressorties en salles.

1 min

Pendant que la Cinémathèque française consacre une rétrospective intégrale à la grande et trop méconnue Kira Mouratova (lire Libération du 9 juillet), cinq de ses plus beaux films ressortent cette semaine en salles : ses magnifiques Brèves Rencontres (1967), ses sublimes Longs Adieux (1971), le déchirant Parmi les pierres grises (1983), le dél

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :

Sur le même thème