SFR Presse
Le Figaro
24 septembre 2018

Un profil pour basculer dans le XXIe siècle

Changement de méthodes. Jusqu’à présent, les candidats potentiels à la direction de l’Opéra de Paris envoyaient leurs émissaires pour savoir s’ils pourraient être éligibles et qui serait le plus influent pour appuyer leur candidature. Cela se faisait au réseau d’influence et au CV. Il était recommandé d’avoir pour parrain Pierre Bergé ou Hugues Gall, spécialistes de l’Opéra de Paris pouvant garantir la qualité du candidat. Cela remplaçait la présentation d’un projet et permettait aux candidats malheureux d’éviter l’humiliation d’un échec. Ce temps est révolu. Il s’agit désormais d’inventer un modèle d’Opéra de Paris pour le XXIe siècle. Et comme dit le directeur d’un opéra français, le retard de l’Opéra de Paris est tel que c’est comme passer d’un seul coup de l’iPhone 1 à l’iPhone 10.Alors que les rumeurs soupèsent si l’élu sera un homme ou une femme, un Français ou un étranger, et soutenu par tel ou tel faiseur de rois, au sein de l’exécutif en charge de la nomination, il est désormais acté que le débat ne se tranchera plus ainsi. Les candidats doivent présenter un vrai projet pour la maison et une équipe composée d’un directeur de la musique, du ballet et d’un DRH pour le mener à bien. Ce qui ouvre énormément le jeu. L’analyse faite en haut lieu établit que l’état de la maison est tel qu’il faut redéfinir un cadre artistique et social et l’appliquer grâce à des gens proches des équipes. La réforme ne pourra se faire qu’avec l’appui et la confiance de celles-ci. Autrement dit, le profil recherché n’est plus celui d’un directeur star. La star de l’Opéra de Paris, c’est l’Opéra de Paris.

Christian Merlin

2 min

Serge Dorny, belge, 56 ans Points forts : sa capacité à concilier audace artistique et bonne gestion ; a fait de l’Opéra de Lyon l’un des plus inventifs et dynamiques d’Europe ; très courtisé par le ministère. Points faibles : indisponible puisqu’il a déjà signé à Munich à partir de 2021 ; réputé pour son management à la dure, pas forcément propice à la paix sociale. Dominique Meyer, français, 63

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :