SFR Presse
Point de vue
25 février 2020

Une ménagerie à Drouot

2 min

Entre les taureaux d’Isidore Bonheur, l’Oiseau-Paon de Chana Orloff, ou des bronzes de Barye, on craque pour l’irrésistible Truie de François Pompon (1855-1933). Fils d’un menuisier-ébéniste, François apprend le métier de tailleur de pierre chez un marbrier à Dijon. Lorsqu’il arrive à Paris à 20 ans, il travaille dans une entreprise funéraire au cimetière du Montparnasse, av

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :