SFR Presse
Challenges
24 octobre 2018

Désaffection

1 min

Longtemps encouragés parce qu’ils consomment moins que les modèles à essence et rejettent moins de CO2, les diesels sont aujourd’hui vilipendés à cause des dépassements de niveaux d’oxydes d’azote des anciens modèles. Ils n’ont représenté que 36 % des immatriculations de voitures neuves en France en septembre, soit un retour au niveau de 1990.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :