SFR Presse
Libération
16 juin 2018

Edith Thomas, femme et conscience

6 min

Vous commencez un roman. D’Edith Thomas. L’auteure vous est inconnue. D’ailleurs, elle est morte. Le titre vous rappelle un Stefan Zweig lu autrefois, le Joueur d’échecs. Une nouvelle posthume, l’écrivain autrichien l’a écrite les derniers mois de sa vie avant de se suicider le 22 février 1942. Certes, il s’agit là du Jeu d’échecs, cela n’est pas tout à fait pareil, mais cela ne vous paraît pas ju

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :