SFR Presse
Libération
21 août 2019

Jean-Marie Messier, vive vindicte

Gloire du capitalisme français des années 90, l’énarque a tutoyé les sommets lorsqu’il a pris la tête de Vivendi Universal, en 2000. Mais les résultats désastreux de l’entreprise et les excès médiatiques de son patron finiront par avoir raison de «J2M». Evincé, l’ex-PDG saura néanmoins rebondir dans la banque d’affaires.

5 min

Une haie d’honneur devant le 42, avenue de Friedland, dans le VIIIe arrondissement de Paris, siège du groupe Vivendi. Ce 3 juillet 2002, en milieu d’après-midi, un homme traverse la rangée de salariés qui le saluent, avant de prendre place dans un Renault Espace. Jean-Marie Messier quitte définitivement son bureau de PDG. Quelques minutes plus tôt, et quelques étages plus haut, son conseil d’admin

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :