SFR Presse
Libération
2 novembre 2018

Matthew Dear Thin Grey Duke

Marqué par David Bowie, le Texan navigue entre pop indé et électronique alanguie dans un album de jeux d’ombres.

2 min

Aforce de multiplier les disques, caché sous différents alias, un musicien risque-t-il un jour de basculer dans le trouble dissociatif de l’identité ? Des personnalités multiples, étanches les unes par rapport aux autres, le Texan Matthew Dear en possède au moins quatre, qu’il fait vivre alternativement depuis bientôt vingt ans pour explorer de larges pans de la musique électronique. A Jabberjaw e

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :