SFR Presse
Libération
6 août 2019

«Never Grow Old», John Cusack seul en selle

Dans le western ampoulé de Kavanagh, il n’y a guère que le charisme de la star des «Arnaqueurs» à sauver.

2 min

Le film n’a aucun intérêt sauf John Cusack. Cela peut suffire après tout, ne serait-ce qu’à nous faire souvenir que c’est un acteur unique, génial, chose qu’on avait failli oublier. Le chaînon manquant entre le quiétisme de Bill Murray et la fausse nonchalance de Christopher Walken, il est maintenant évident que c’était lui, John Cusack, se dit-on pour tromper le temps devant Never Grow Old, weste

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :