SFR Presse
Libération
14 juin 2019

«GoT» : jeux de trônes, basta !

Politiquement conservatrice, les quatre-vingts heures de la série glorifient la violence, l’autorité patriarcale et un féminisme de fer que n’aurait pas renié Margaret Thatcher.

4 min

Game of Thrones est enfin terminé. Loués soient les seigneurs de l’industrie culturelle. Quatre-vingts heures perdues. Quatre-vingts heures mortes. Quatre-vingts heures baignées de sang et de sperme. Un hachis de Hobbes, Machiavel et Hitler bien mélangé et assaisonné de sexe (hétérosexuel, s’il vous plaît) à volonté pour rendre la composition plus addictive. Quatre-vingts heures de ventres ouverts

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :