SFR Presse
Le Figaro
11 août 2019

Ceci est un faux titre Didier Decoin Ici le titre à faire sur deux lignes le titre à faire sur deux lignes

Ici sous-titre sous-titre sous-titre Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer Le romancier et sa femme ont créé en Île-de-France un jardin qui leur ressemble. Plein du souvenir des êtres chers et de fleurs qui ont une histoire.

Françoise Dargent

5 min

« Avez-vous déjà vu une rose qui ressemble à une fraise des bois ? » Didier Decoin raconte les fleurs comme si elles étaient de petites personnes pleines d’énigmes et de caprices. Normal pour un écrivain. Une rose éclatante qui attire les regards dans son jardin alors que la canicule sonne le glas des pétales lui arrache cette réflexion amusée : « Regardez celle-là et son jupon de fille du Moulin-

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :

Sur le même thème