SFR Presse
Midi Libre
8 juillet 2019

Hydrocution

1 min

Éric Janssens est CRS et maître nageur sauveteur à Port-la-Nouvelle (Aude). Pour ce secouriste, une eau de mer chaude a de bons côtés. Cela a pour effet de faire baisser le risque d’hydrocution. « Ce type de malaise est “favorisé” par une différence importante de température entre air et eau de mer. Comme cet écart est réduit en ce moment, ça limite les risques » précise Éric Janssens. Le maître-n

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :