SFR Presse
Le Figaro
4 novembre 2018

Vers la reconnaissance du délit de blasphème ?

La CEDH a validé la condamnation d’une Autrichienne qui avait dénigré Mahomet, estimant que cela menaçait « la paix religieuse ».

Jean Chichizola

3 min

JUSTICE « Préserver la paix religieuse » ou défendre la liberté d’expression ? Une récente décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pourrait bien menacer caricaturistes, satiristes et autres «  bouffeurs  » d’imams mais aussi de curés, de rabbins ou de zoroastriens. Le 25 octobre, la CEDH jugeait que la condamnation d’une Autrichienne, que l’on accusait d’avoir taxé Mahomet de p

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :