SFR Presse
Le Figaro
13 novembre 2019

Limiter le recours aux urgences grâce aux critères de gravité

MALGRÉ des symptômes impressionnants pour les parents (toux, respiration rapide et sifflante, parfois signes de lutte), la bronchiolite du nourrisson est le plus souvent bénigne. Cette infection d’origine virale est pourtant à l’origine de nombreuses hospitalisations qui auraient pu être évitées. Sa phase aiguë dure en moyenne dix jours, dont les deux premiers nécessitent une attention accrue portée au nourrisson car ses symptômes peu­vent évoluer. Une toux isolée peut ensuite être observée jusqu’à quatre semaines. Le traitement de la maladie repose sur un lavage régulier du nez et une surveillance des signes d’aggravation.

Delphine Chayet

2 min

Les signes qui doivent alerter les parents Dans la grande majorité des cas, l’affection respiratoire con­­­naît une évolution favorable et le recours à une hospitalisation n’est pas nécessaire. « Les parents doivent être vigilants et s’inquiéter à partir du moment où le comportement de l’enfant change dans un sens négatif », indique le Pr Christophe Marguet, pneumo-pédiatre au CHU de Rouen. Ainsi,

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :