SFR Presse
Le Figaro
23 septembre 2019

Chez Gucci, « Sex is more »

COLLECTION   Alessandro Michele, qui clôturait dimanche la Fashion Week de Milan, opère un virage esthétique épurant ses silhouettes nourries par l’aristocratie excentrique des années 1970 et, surtout, par le sexy des années 1990 période Tom Ford.

Hélène Guillaume

3 min

Hélène Guillaume
Hélène Guillaume

Dans une longue interview donnée à WWD quelques jours avant son défilé, ­Alessandro Michele livrait des premières pistes sur son inspiration et ses sentiments du moment. « L’idée de tomber dans la répétition excessive m’ennuie. Je ne suis pas obligé d’avancer avec, exactement, la même esthétique, disait-il au média américain. Il est sûr que “ça” reste moi, qu’il y a toujours l’évidence de ma prés

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :