SFR Presse
Aujourd'hui en France
17 juillet 2019

« Le fondateur doit se retourner dans sa tombe »

Catherine, vendeuse au magasin de Barbès

Chloé Barbaux

2 min

« On avait très peur, on pensait qu’il se tramait quelque chose de mauvais pour nous », témoigne Catherine, 60 ans, dont quarante-deux au service de l’enseigne. Hier, les salariés du Tati de Barbès (Paris XVIII e) ont appris que 13 des magasins au vichy rose allaient fermer et que les autres passeraient sous pavillon Gifi. « Leur Tati », lui, survivra. Pourtant, tous les signaux laissa

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :