SFR Presse
Var Matin
27 mai 2019

Fabien Béziat : « L’essentiel, c’est ce qu’il n’a pas raconté »

Non. J’ai été obligé de faire des impasses pour ne pas « déborder ». J’aurais voulu évoquer plus longuement son attitude exemplaire pendant l’Occupation. Ou citer l’article, admirable, qu’il a écrit en 1938 à propos de son ami Albert Cohen. Il en profite pour dénoncer la montée de l’antisémitisme. Pagnol, c’était aussi cela !

2 min

Non. J’ai été obligé de faire des impasses pour ne pas « déborder ». J’aurais voulu évoquer plus longuement son attitude exemplaire pendant l’Occupation. Ou citer l’article, admirable, qu’il a écrit en 1938 à propos de son ami Albert Cohen. Il en profite pour dénoncer la montée de l’antisémitisme. Pagnol, c’était aussi cela !
Non. J’ai été obligé de faire des impasses pour ne pas « déborder ». J’aurais voulu évoquer plus longuement son attitude exemplaire pendant l’Occupation. Ou citer l’article, admirable, qu’il a écrit en 1938 à propos de son ami Albert Cohen. Il en profite pour dénoncer la montée de l’antisémitisme. Pagnol, c’était aussi cela !

En douze ans, Fabien Béziat a signé une brassée de documentaires remarqués (1). Mais celui-ci est différent. Pour la première fois, le réalisateur signe aussi le commentaire d’une enquête qui a rythmé deux ans de sa vie. L’homme est passionné. Et passionnant. L’idée de ce film vient de vous ? Oui. J’aime l’œuvre de Pagnol depuis mon enfance. Comme j’avais vu tous ses films, lu tous ses livres, je

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :