SFR Presse
Le Figaro
25 avril 2019

Espionnage : 22 038 « cibles » en 2018

La Commission de contrôle des techniques de renseignement estime que les services font des demandes « mieux proportionnées ».

Christophe Cornevin

3 min

Christophe Cornevin
Christophe Cornevin

RENSEIGNEMENT N’en déplaise aux conspirationnistes et amateurs de dystopies, la France n’est pas un État orwellien où s’emploierait un espionnage massif. C’est, en tout cas, ce que confirme le troisième rapport de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR), chargée de vérifier la légalité de l’activité des services secrets. Selon cet épais document de 195 pages rem

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :