SFR Presse
Le Figaro
22 mai 2019

Le Hezbollah mis à la diète par une chute de l’aide iranienne

Asphyxié par les sanctions américaines, Téhéran a réduit de moitié ses transferts d’argent à la milice chiite libanaise. Les salaires de ses membres ont été amputés. Sa base sociale est ciblée dans l’espoir qu’elle se retourne contre son tout-puissant chef, Hassan Nasrallah.

Georges Malbrunot

6 min

Georges Malbrunot
Georges Malbrunot

Hussein est dans la nasse. Le salaire de ce sympathisant du Hezbollah a été amputé des deux tiers, et pour boucler ses fins de mois, il a dû vendre un bien immobilier. Mais les banques libanaises, soumises à d’intenses pressions américaines, refusent le cash, fruit de sa transaction. « C’est dur, répète-t-il lors d’un entretien à Beyrouth*, il y a beaucoup moins d’argent, car l’Iran donne moins au

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :