SFR Presse
Le Parisien
29 novembre 2018

Societe

1 min

FIN DE VIE La possibilité d’endormir définitivement les malades incurables et en grande souffrance « peine à se mettre en place », depuis son instauration en 2016, selon un rapport publié hier. Principale raison avancée par le Centre national des soins palliatifs : les acteurs de terrain « font mal la différence » avec l’euthanasie, illégale. CLIMAT Le Brésil a annoncé hier qu’il renonçait à organ

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :