SFR Presse
La Croix
17 décembre 2018

Un serment d’amour

François Sureau

3 min

François Sureau
François Sureau

Lorsque j’ai appris la mort de la cinquième victime des meurtres de Strasbourg, j’ai compris que la seule façon d’en parler, s’il faut préférer la parole au silence, ce qui n’est jamais sûr, était de parler d’amour. Aimer Strasbourg, aimer ceux qui y vivent, c’est aimer davantage qu’une ville et que ses habitants, c’est plonger à une profondeur dont on n’a pas l’idée, c’est accéder à l’invisible.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :