SFR Presse
Le Figaro
17 octobre 2018

Le tableau qui parlait

HARUKI MURAKAMI Dans « Le Meurtre du Commandeur », l’écrivain japonais imagine un peintre confronté aux personnages de ses toiles.

Françoise Dargent

2 min

Françoise Dargent
Françoise Dargent

LA RÉALITÉ ne se limite pas à ce qui est visible ou pas », constate l’un des personnages du nouveau roman de Murakami. « L’objectivité n’est point forcément supérieure à la subjectivité. Le fait ne dissipe point totalement l’illusion », renchérit un autre un peu plus loin. Lisez Murakami, et vous en conviendrez définitivement : le monde est cousu dans les rêves. Il y a toujours quelque chose de fa

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :

Sur le même thème