SFR Presse

« Ils ont profané son corps »

Les parents de Yanis, 4 ans, tué le 13 juillet 2016 à Nice, ont découvert avec horreur que des organes avaient été prélevés sur leur enfant, qui a été autopsié. Ils portent plainte contre l’Etat.

Louise Colcombet

2 min

Mickaël Coviaux ne décolère pas. Le père du petit Yanis, 4 ans, décédé le 14 juillet 2016 lors de l’attentat sur la promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes) vient d’apprendre que des organes de son fils, prélevés lors de l’autopsie, avaient été conservés depuis à l’institut médico-légal (IML) de l’hôpital Pasteur, sans jamais que lui ou sa compagne Samira n’en soient informés. «

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :