SFR Presse
Le Figaro
6 juillet 2018

Bulgari en version « pop and wild »

Fabienne Reybaud

1 min

« La seule mauvaise affaire que j’ai faite dans ma vie est d’avoir refusé d’échanger des bijoux contre une œuvre d’Andy Warhol ! », confie Nicola Bulgari, vice-président de cette entreprise rachetée en 2011 par LVMH. Ainsi, c’est dans l’enceinte merveilleuse de la villa ­Farnesina, à Rome, que le numéro deux mondial de la joaillerie a exposé ses nouveaux joyaux, soit une centaine de colliers, bag

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :