SFR Presse
L'Union
12 novembre 2019

Le pays sans dirigeant

1 min

La Bolivie se trouvait, hier, sans dirigeant, à la suite de la démission forcée, la veille, de son président Evo Morales, lâché par l’armée, après trois semaines de violentes manifestations. Les successeurs prévus par la Constitution en cas de départ du président ont en effet tous démissionné avec lui. La nomination du remplaçant par intérim d’Evo Morales revient au Parlement, où ses partisans son

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :