SFR Presse
Libération
17 septembre 2019

«Ad Astra», infiniment Gray

1 min

Odyssée introspective, splendeur spatiale, l’Ad Astra de James Gray est le film qu’on était en droit d’attendre du cinéaste - un space opera à grand spectacle mais assourdi, une exploration de l’infiniment grand qui se double d’une plongée au cœur de l’intime (lire notre édition du 14 septembre, avec interview-confession fleuve du cinéaste et critique complète). L’on y suit le major Roy McBride (B

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :