SFR Presse
Le Figaro
15 octobre 2019

Les grands émergents souffrent en 2019

À l’image de la Chine, les grands pays asiatiques, latino-américains et autres émergents sont loin d’afficher des croissances dynamiques cette année. L’Inde dépassera tout juste les 6 %, l’Arabie saoudite et le Mexique n’atteindront même pas 0,5 %, le Brésil et la Russie frôleront les 1 %, selon le dernier panorama du FMI publié mardi.À l’inverse de la Chine, en revanche, l’institution désormais dirigée par Kristalina Georgieva se montre plus optimiste pour ces États en 2020. Le FMI a beau avoir revu en baisse ses prévisions, il anticipe encore des remontées parfois significatives de la croissance de leurs PIB l’an prochain. Avec parfois - c’est le cas pour l’Inde, le Brésil ou l’Afrique du Sud - un dépassement des performances enregistrées en 2018. Une pléthore de raisons explique le ralentissement global observé en 2019. Les grands émergents souffrent comme les pays avancés des tensions commerciales. S’y ajoutent quelques plaies spécifiques. Ainsi, le ralentissement chinois pénalise les pays du Sud-Est asiatique tandis que l’Inde ­affronte une baisse de régime de la demande interne.

Armelle Bohineust

2 min

La croissance ralentit en Inde Même si New Delhi conserve un rythme de progression de grande puissance émergente, égal à celui affiché par Pékin, la croissance indienne fait face à un sévère ralentissement en 2019. Il est dû en particulier à la faiblesse des secteurs automobile et immobilier ainsi qu’aux inquiétudes sur la santé des établissements financiers non bancaires du pays. Le FMI préconise

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :