SFR Presse
La Provence
24 novembre 2019

Raphaël Israeli laisse sans voix la nuit marseillaise

Rislène ACHOUR

1 min

Rislène ACHOUR
Rislène ACHOUR

"Ce qui se dit la nuit, ne voit jamais le jour". Raphaël Israeli a sans doute toute sa vie fait un pied de nez à cet adage de Nietzsche. Car, le tout fraîchement quinquagénaire était un des piliers de ce que les initiés appellent le monde de la nuit marseillaise. Tantôt grand frère, tantôt père spirituel, le propriétaire du Coco bongo avait pris sous son aile bon nombre d’oiseaux de nuit. La parol

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :